• INTERVIEW - Une chanteuse canadienne, une blondeur d'enfant, des ongles rose vif, et des clips qui suscitent les clics...

    Est-ce le prochain buzz musical venu du Canada? Du haut de ses 19 ans, la chanteuse Cœur de pirate - de son vrai nom Béatrice Martin - bénéficie d’un bouche-à-oreille galopant sur le Web. Ses chansons, voix pure sur lignes de piano aériennes, s’écoutent comme des comptines qu’on aime ressasser en boucle. Sous ses cheveux blonds, Cœur de pirate a encore un visage de poupon. Le contraste est saisissant avec les tatouages qui recouvrent ses bras. De passage à Paris, elle a répondu à nos questions, avec le débit d’une mitraillette et un accent québécois incomparable.
     

    Sur votre page Myspace, il est écrit que vous avez traversé une «période difficile». Laquelle?
    Cette période difficile, c’est toute mon adolescence. J’ai vécu très seule, très indépendante. J’ai traversé plein de trucs, mais je n’en ai parlé à personne. C’était un choix, car par ailleurs, j’ai été élevée dans un super beau quartier, dans une super famille, et j’ai été à l’école. Cœur de pirate m’a aidée à faire le deuil de tout ça.
     
    Qu’est-ce, «tout ça»?
    Ce qu’il y a dans mes titres. Le premier jour où j’ai écrit une chanson, c’était en cours de philo, je n’écoutais pas du tout. Je sortais d’une rupture et venais d’aller chercher des affaires chez mon ex. Il fallait que j’écrive pour que ça sorte. J’ai commencé à écrire un texte et me suis rendu compte que cela avait une structure de chanson. Voilà. C’était une chanson en anglais que personne ne va jamais entendre, car cela ne vaut pas la peine. Mais ensuite, je n’ai pas arrêté d’écrire des chansons. C’était comme si, tout à coup, j’avais eu un déclic. Ça s’est passé très vite.
     
    Vous écrivez et composez?
    Je suis très têtue, j’ai une tête forte. Si j’écris mes chansons, je ne veux pas laisser quelqu’un d’autre composer à ma place. Alors je fais tout le travail toute seule.
     


    Le projet de loi Création et Internet est débattu en ce moment en France. Qu’en pensez-vous?
    D’un côté, je comprends le point de vue de certains artistes qui veulent sanctionner le téléchargement illégal. OK, si je vois Britney Spears à la rue, j’irais acheter son disque. Mais comment peut-on contrôler le Net? C’est impossible. Il ne faut pas oublier qu’Internet, ça aide aussi beaucoup. Moi, personne ne m’aurait connue sans Internet. Je ne serais même pas là, à Paris. A l’avenir, les téléchargements de disques, de films, vont se faire à la tonne, ça va devenir de pire en pire, il faut que les gens s’y fassent.


    Recueilli par Alice Antheaume et Cyprien Iov
    A écouter: Son album, Coeur de pirate, est sorti en version digitale le 13 avril.


    1 commentaire
  • Ecrit en collaboration avec Guillaume Veillet, le site propose, à
    travers un voyage en train particulièrement ludique et interactif, une
    découverte de l'essentiel des chansons du patrimoine musical
    traditionnel ainsi que de la création contemporaine dans les
    différentes langues.
    http://www.languesdefranceenchansons.com

    votre commentaire
  • Du Temps des cerises aux Feuilles mortes

    Un site consacré à la chanson française de la fin du Second Empire aux années cinquante

    De gauche à droite : Paulus vers 1885, le Concert Mayol en 1928 et Montand, Yves, en 1945.

    http://www.chanson.udenap.org/


    votre commentaire
  • Accueil > Dossiers

    Chamfort  La chanson d'expression française

    L’exploitation de la chanson en cours de français permet à l’enseignant de se rapprocher de la culture des jeunes apprenants et en même temps de faire vivre la langue en s’amusant. Vous trouverez dans ce dossier actualisé des outils pratiques et des idées pour vous permettre d'intégrer dans votre classe cette activité ludique et motivante.

    visuel1

    Quelles chansons ?
    visuel2

    visuel3Exploitations pédagogiques

    Retrouvez l'interview, toujours d'actualité, que nous avions publiée pour la première fois en septembre 2004 : Elodie Ressouches, Maria Lucia Jacob Dias de Barros et Lidia Marques, fortes de leur expérience concrète d’utilisation de la chanson en classe, abordaient les thèmes de la chanson métisse et contemporaine et des usages actuels du français. Lidia Marques continue à travailler avec la chanson à Espinho au Portugal. Elle nous a fait parvenir un nouveau témoignage, accompagné d'exemples d'activités.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique